Suivi de commande
Service client 7j/7
044 802 90 28

Mon compte

Veuillez choisir
Lors de la déconnexion, tous les projets non enregistrés ainsi que votre panier seront supprimés pour des raisons de sécurité.

Interview de Sven Burkhard, dont la photo « Fliegenfischen 2 » a été classée dans le TOP 30 du CEWE Photo Award 2021

« La photographie est un fil rouge dans ma vie »
« Fliegenfischen 2 » de Sven Burkhard
« Fliegenfischen 2 » de Sven Burkhard

Avec 606 289 contributions, le CEWE Photo Award est devenu une fois de plus le plus grand concours photo du monde. Rien que pour la Suisse, plus de 24 000 photos ont été soumises. Cinq d’entre elles se sont hissées dans le top 30 mondial et parmi elles, « Fliegenfischen 2 » de Sven Burkhard. Dans cette interview, le Zurichois raconte la genèse passionnante de cette photo et comment il utilise la photographie pour s’immerger dans de nouveaux mondes.

Photograph Sven Burkhard, © Sven Burkhard
Photographe Sven Burkhard, © Sven Burkhard

Monsieur Burkhard, tout d’abord, toutes mes félicitations ! Pouvez-vous vous présenter brièvement ?.

Merci beaucoup ! Je suis né en 1980 à Zurich. A l’origine, j’ai fait un apprentissage d’installateur électrique, mais je n’ai jamais vraiment travaillé dans ce métier. J’ai pu entrer plus tard à la télévision suisse et c’est là que j’ai suivi ma deuxième formation de monteur vidéo. Cela fait maintenant 20 ans que je fais ce métier. Parallèlement, j’aime faire de la photographie et filmer.

La photographie m’a été transmise très tôt, car mon père faisait aussi de la photographie et développait lui-même ses photos. J’ai parfois eu l’occasion de l’aider. La photographie m’a donc accompagné toute ma vie. C’est et ce sera toujours l’un des grands thèmes de ma vie.

Avez-vous déjà parlé à votre père de votre succès au CEWE Photo Award ?

Je n’avais pas dit au début que je participais au concours photo et je ne m’attendais pas à arriver si loin dans le classement. Arriver parmi les 1000 premiers aurait été pour moi une véritable folie. J’ai lu plusieurs fois la confirmation du prix et je n’y croyais pas au début. C’est tout simplement incroyable.

Entre-temps, bien sûr, je lui en ai déjà parlé, ainsi qu’à ma mère. Nous sommes tous très enthousiastes et ils sont très heureux pour moi. Je ne suis même pas certain d’avoir vraiment réalisé ce succès. Je suis simplement ravi d’être impliqué et je me réjouis de tout ce que cela représente.

Comment avez-vous eu votre premier appareil photo ?

C’est mon père qui me l’a offert alors que j’étais encore enfant. J’avais l’habitude de m’en servir pour traverser le village à vélo et photographier de belles voitures. Les photos étaient alors comme des trophées pour moi. Après ma seconde formation, la photographie numérique est arrivée et c’était bien sûr chouette, on pouvait déclencher autant de fois que l’on voulait. Cela m’a permis de m’investir encore beaucoup plus dans ce hobby.

Plus tard, j’ai même rencontré ma partenaire Fabienne par le biais de la photographie. À l’époque, j’ai créé un groupe Facebook pour les personnes intéressées par la photo dans la région. L’idée était que nous puissions nous rencontrer régulièrement et échanger des informations. Au début, elle était un peu réticente, car elle ne connaissait personne. Nous avons donc commencé par nous rencontrer à deux autour d’un café, puis nous nous sommes mis ensemble et cela remonte à 11 ans maintenant.

Alors, votre partenaire fait aussi de la photo ?.

Fabienne est photographe de formation et aime aussi prendre des photos de temps en temps. Elle apprécie la photographie analogique et a de très grandes connaissances. Lorsque j’ai par exemple une question sur la profondeur de champ, j’obtiens toujours une réponse utile de sa part.

Que signifie pour vous le slogan « Our world is beautiful » ? Est-ce que cela vous a inspiré ?.

Je dirais que c’est un thème central chez moi. Je suis une personne très visuelle, j’aime les belles choses. Cela peut être de belles maisons, de belles chaises ou de beaux bateaux, c’est égal. Bien sûr, cela correspond bien à ma passion pour la photo. En conséquence, je peux presque dire que je vis cette devise. Par exemple, quand je veux me détendre, je sors un livre photo et je regarde des images esthétiques.

Qu’est-ce que vous trouvez particulièrement « beautiful » dans votre photo ? Quel aspecte de celle-ci vous plaît le plus ?

J’utilise souvent l’appareil photo pour m’immerger dans des mondes où je ne suis pas moi-même à l’aise. Lorsque je vois quelque chose qui m’intéresse, alors je le découvre volontiers en le photographiant.

Sur la photo « Fliegenfischen 2 », on voit mon collègue de travail Oliver. Il donne des cours de pêche à la mouche en parallèle et j’ai toujours imaginé à quoi cela pouvait ressembler : La lumière, l’eau, etc. Je lui ai donc simplement demandé si je pouvais venir voir. Nous l’avons fait assez spontanément. La photo a été prise pratiquement devant sa porte et la lumière était tout simplement géniale. Je lui ai demandé de me fournir des waders pour que je puisse me tenir dans la rivière. Cela a très bien fonctionné, même si l’eau n’était pas très calme et que je pensais « ne laisse rien tomber » (rires).

Behind the scenes : comment est né « Fliegenfischen 2 », © Sven Burkhard

Quel est pour vous le message de votre photo?

Je trouve qu’elle montre la satisfaction que l’on ressent quand on fait quelque chose que l’on aime. Tout comme je ne pense qu’à la photo à ce moment-là, il ne pense qu’à la pêche. Nous nous absorbons tous les deux dans cette activité. Ce calme que l’on a quand on se concentre entièrement sur ce que l’on aime faire.

Etes-vous quelqu’un qui planifie des voyages photographiques ou prenez-vous simplement votre appareil photo avec vous et photographiez spontanément?

C’est un mélange des deux. La plupart du temps, j’emporte mon appareil photo avec moi. Mais je fais aussi des séances photo planifiées, par exemple des portraits ou des reportages. Pour moi, cela ne joue pas un rôle si important, car j’aime simplement prendre des photos. Les deux ont leurs avantages.

Que signifie la photographie pour vous ?

La photographie est pour moi un fil rouge dans ma vie. Elle est aussi un point d’ancrage lorsque je ne vais pas très bien. Même si je fais une pause pendant un certain temps, j’ai un jour 1000 nouvelles idées de motifs photographiques.

Vous avez présenté des photos très variées au CEWE Photo Award. Qu’est-ce que vous aimez le plus photographier ?

Je n’ai pas de genre particulier que je préfère. Chez moi, c’est comme ça : à partir du moment où je m’intéresse à un sujet – que ce soit la pêche à la mouche ou autre – je m’intéresse automatiquement aux aspects visuels de ce sujet. C’est pourquoi ma photographie est assez diversifiée.

J’ai par exemple redécouvert la street photography l’année dernière. À l’époque, j’ai beaucoup voyagé en Suisse, dans différentes villes. Mais j’aime aussi faire des séances de portrait – contrairement à la photographie de rue, on obtient ici un feedback direct et on peut interagir avec les modèles.

Avez-vous des photos qui représentent pour vous une histoire particulière ? Qui sont peut-être particulièrement émotionnelles ?.

Pour moi, les photos les plus émotionnelles sont celles que je prends par exemple lors de nos voyages en camping-car. Ma partenaire et moi avons un blog (svefa-ontour.ch) et nous aimons voyager. Ces photos me permettent de revivre mes propres vacances, c’est pourquoi elles sont particulièrement précieuses pour moi. Nous faisons aussi des vidéos, mais pour moi, les photos sont toujours plus émotionnelles et plus pures. Elles ont un tout autre effet.

Qu’est-ce que vous faites de vos photos ?

De nos vacances, nous faisons par exemple des livres de photos pour nous-mêmes, mais aussi des peintures murales. J’ai toujours l’impression que les photos ne commencent vraiment à vivre que lorsque tu les tiens entre tes mains. Cela peut être dans un livre, mais aussi sous forme d’impression.

J’aime me souvenir de ma première expérience avec de grands tirages. Il y a quelques années, j’ai pu montrer quelques-unes de mes photos lors d’une exposition à Zurich. Il s’agissait d’un reportage photo sur un bodybuilder que j’ai accompagné pendant plus de six mois dans sa construction. C’était tout simplement génial de voir les photos en si grand format. On a un tout autre lien avec les photos et l’histoire.

La photo de pêche à la mouche est bien sûr aussi une image très spéciale. Je pense que je vais la faire imprimer et l’offrir à Oliver – il l’a pratiquement mérité (rires).

Une dernière question pour conclure : Si vous pouviez donner un conseil aux débutants en photographie, quel serait-il ?.

Peu importe ce que c’est : si quelque chose t’intéresse, sors et fais-le. Car ce qui te fait le plus progresser, c’est d’apprendre quelque chose de nouveau et de t’y tenir. Tout ne doit pas être parfait dès le début. Plus on fait quelque chose, plus on s’améliore.

**Merci beaucoup pour cette interview !

Site web : svenburkhard.com
Blog de voyage : svefa-ontour.ch
Podcast de photographie en suisse allemand : fotografie-stammtisch.ch

Découvrez d’autres interviews passionnantes et riches en idées

Laissez-vous inspirer et mettez en scène votre plus belle photo