Suivi de commande
Services
Service client 7j/7
044 802 90 28

Entretien avec Petra Jung, qui a remporté le prix dans la catégorie « Nature » avec sa photo « Pusteblumen-Schirmchen » au CEWE Photo Award.

« J’aime la beauté du monde en petit »
« Pusteblumen-Schirmchen » de Petra Jung
« Pusteblumen-Schirmchen » de Petra Jung

Avec 606 289 participations, le CEWE Photo Award est une fois de plus le plus important concours photo au monde. Plus de 24 000 photos ont été soumises rien qu’en Suisse. Une Suissesse est arrivée au sommet : Petra Jung, de Hämikon dans le canton de Lucerne. Elle a été choisie comme lauréate dans la catégorie « Nature ». Lors de l’interview, l’enseignante parle de sa passion pour les petits détails de la nature et de la macrophotographie.

Chère Madame Jung, tout d’abord, félicitations pour cet incroyable succès. Qu’est-ce que cela fait d’avoir terminé dans le top 10 parmi plus de 600 000 candidatures du monde entier ?
C’est incroyable. Le CEWE Photo Award est vraiment énorme, en tant que photographe amateur, je ne pensais pas que cela arriverait. J’ai encore beaucoup de mal à le croire. Je suis simplement heureuse d’être ici et j’attends de voir ce qui m’attend.

Veuillez vous présenter brièvement.
Je viens de Hämikon. Mon mari et moi, nous avons deux filles. Nous vivons dans une région très rurale, ce qui me permet de profiter de la photographie aux alentours de notre domicile. Professionnellement, je suis enseignante dans une école primaire et je donne entre autres des cours d’art.

Photographe Petra Jung, © Petra Jung
Photographe Petra Jung, © Petra Jung

Qu’a dit votre famille de votre succès ?
Nous étions en vacances à ce moment-là et revenions tout juste de la plage. Une collègue m’a alors contacté, elle avait vu ma photo à la télévision. Elle l’a filmée et me l’a envoyée. Au début, je n’ai pas vraiment compris, nous l’avons regardée plusieurs fois tous ensemble et je me suis dit : « Ce n’est pas croyable ». Mais à un moment donné, nous avons réalisé ensemble qu’il s’agissait d’une histoire plus importante. Bien sûr, le soir, nous avons fêté ensemble cette belle nouvelle autour d’un bon repas.
Petit à petit, les félicitations de mes amis et connaissances sont arrivées chez moi, ce fut vraiment agréable.

La devise « Our world is beautiful » vous a-t-elle inspiré ? Qu’est-ce que cela signifie pour vous ?
Pour moi, c’est la devise de ma photographie. J’aime bien montrer la beauté du monde. En macrophotographie, trouver et voir ces petites choses… Chercher la beauté dans les petites choses… C’est tout simplement génial. Pour moi, cela s’inscrit parfaitement dans le cadre du CEWE Photo Award.

Pourquoi avoir soumis précisément cette photo au CEWE Photo Award ?
C’est une perspective inhabituelle permettant de révéler cette beauté. On est tellement proche. Beaucoup de gens ne reconnaissent dans un premier temps pas ce que j’ai photographié, car dans la vie de tous les jours, on regarde rarement avec autant d’attention. Pour moi, c’est ce qui fait toute la beauté de ces petites choses.
Je photographie souvent des scarabées, des insectes ou des fleurs. Mais cette photo est tout simplement particulière, c’est un motif qu’on ne voit pas tous les jours sous cette forme.

Comment la photo a-t-elle été réalisée ?
C’était pendant le premier confinement, lorsque les écoles étaient fermées, j’étais donc à la maison et j’avais bien sûr beaucoup de temps pour expérimenter, tester des choses et rassembler de nouvelles idées. En fait, je ne voulais même pas trop photographier, et comme vous pouvez le voir maintenant, le parapluie devrait être debout. Mais il s’est simplement renversé. Et c’est ainsi que cette photo a vu le jour. Les situations spontanées donnant parfois lieu aux meilleures photos.

Quelle était l’idée de départ derrière ce motif ?
J’essaie régulièrement de photographier ces pissenlits avec de l’eau. L’idée était de saisir aussi de temps en temps un reflet dans les gouttelettes. Ici, cette grosse goutte s’est formée « par erreur » et elle est d’autant plus belle.

Quel a été le défi ?
J’ai pris la photo à l’intérieur et j’ai d’abord fait plusieurs tentatives pour savoir comment le parapluie pouvait tenir. Puis, j’ai pris un verre d’eau et j’ai tendu un bas de femme dessus. J’ai ensuite mis le parapluie dans le bas et l’ai aspergé d’eau. En arrière-plan, se trouve un écran avec une photo de fleurs, c’était l’éclairage. Tout était très improvisé, mais j’aime juste expérimenter et me laisser surprendre par ce qui se passe, ce qui en ressort.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre photo ?
Je trouve que les couleurs chaudes et colorées sont très parlantes. Et j’aime le fait que l’on doive d’abord regarder de plus près pour découvrir ce que l’on voit. Cela rend le tout passionnant. C’est pourquoi j’aime particulièrement prendre ce genre de photos.

Si vous pouviez attribuer une déclaration à votre photo, quelle serait-elle ?
La photo montre l’une de ces petites structures et éléments miraculeux dans la nature. Voilà l’affirmation : La beauté de la nature dans ce qu’elle a de plus petit.

Vous nous avez dit que vous aimiez aussi être dehors dans la nature : Comment photographiez-vous sur place ?
J’aime prendre des photos à la maison. La plupart du temps, je sors de la maison, et je peux m’allonger dans l’herbe pendant deux heures à la recherche de motifs. Je perds complètement la notion du temps. C’est un merveilleux équilibre pour moi. Bien sûr, il faut faire preuve de beaucoup de patience pour attendre que l’insecte soit positionné au bon moment et sous le bon angle. Mais j’apprécie cela. Je photographie habituellement seul et je profite de la paix et du calme. C’est une coupure de tout pour moi.

Comment êtes-vous venue à la photographie ?
Cela remonte à l’adolescence. J’ai acheté mon premier appareil photo reflex à l’âge de 15 ou 16 ans et depuis, le plaisir de photographier ne me quitte plus. La photographie ne m’a plus lâché, elle me fascine toujours autant.

Quelle importance a la photographie dans votre vie ?
Pour moi, la photographie est le passe-temps pour lequel je passe le plus de temps, qui me passionne le plus. Même lorsque parfois, je ne porte pas mon appareil photo avec moi, mais seulement mon smartphone, je prends beaucoup de photos. J’en ai besoin, parce que je vois toujours des choses que je dois absolument capturer.

Vous avez soumis d’autres clichés macro. Qu’est-ce que vous aimez tant la macrophotographie ?
J’aime la macrophotographie parce que vous n’avez pas besoin d’aller loin pour trouver les plus beaux motifs. On peut toujours trouver quelque chose, à tout moment de l’année, et le temps ne joue aucun rôle. Je n’ai pas besoin de voyager, et dès que j’ai une heure de libre, je peux sortir à l’air libre et chercher de nouveaux motifs.

Pourquoi la nature occupe-t-elle une place si importante dans vos photos ?
Elle est simplement belle et je trouve que la nature offre une quantité incroyable de sujets magnifiques. Et on peut prendre tout son temps, rien ne presse.

Parlez-nous d’un moment de photographie privilégié qui est resté dans votre mémoire.
En hiver, j’ai fait une fois une expérience avec des bulles de savon. Je voulais photographier une bulle de savon gelée à la lumière du soleil. Il a fallu une multitude d’essais, car parfois, le vent emportait les bulles, parfois elles ne gelaient pas du tout, parfois, elles éclataient directement… Par conséquent, ma joie était énorme, quand j’ai finalement réussi.

Bulle de savon gelée, © Petra Jung
Bulle de savon gelée, © Petra Jung

Je ne ressentais plus du tout le froid. J’étais tellement dans le moment présent, tellement concentré. Mais quand je suis rentré de l’extérieur, je me suis rendu compte qu’il faisait froid (rires).

Quel est votre conseil en photographie pour les débutants ?
Regardez toujours attentivement. Ayez toujours un appareil photo ou un smartphone sur vous pour profiter des opportunités photographiques spontanées. Et ensuite, essayez simplement. D’après mon expérience, cela vaut la peine de changer de perspective et de photographier de tous les côtés. Donc, il faut vraiment essayer depuis le sol, ou depuis une vue d’oiseau. Cela fait tellement de différence et offre des possibilités auxquelles vous n’auriez peut-être même pas pensé avant.

Avez-vous déjà fait de la photographie avec vos élèves ?
Lorsque j’enseignais pour des enfants plus âgés, j’ai essayé de le faire, oui. Nous avons fait du « rangement artistique ». Les enfants ont sorti tous les objets de leur trousse, les ont arrangés de manière créative et les ont photographiés. Ce fut passionnant de voir à quel point les photos étaient différentes.

CEWE est synonyme de produits photo personnels, des souvenirs palpables. Quelle valeur possède une photo imprimée pour vous ?
Pour moi, une photo ne devient une image que lorsque je peux la tenir dans ma main. C’est pourquoi j’ai des étagères pleines de livres photos. Par exemple, pour l’enfance de mes filles, qui ont maintenant 18 et 21 ans, il y a environ 20 livres de photos par fille, de la naissance à aujourd’hui. Ils aiment les feuilleter encore et encore et se rappeler comment c’était avant. Naturellement, je veux aussi garder une trace de mes vacances, alors je fais toujours un livre de photos en guise de souvenir. J’en ai aussi offert en cadeau, par exemple pour des anniversaires ou pour mes parents. La joie est toujours très grande. Nous avons également beaucoup de photos dans notre maison, qu’il s’agisse de clichés de la famille, du chat ou de photos de vacances et de voyages. Je vais certainement commander le « Pusteblumen- Schirmchen » en tant que décoration murale en grand format pour l’accrocher.

Merci beaucoup pour l’interview !

Découvrez les photos gagnantes

Laissez-vous inspirer et mettez en scène votre plus belle photo