Suivi de commande
Services
Service client 7j/7
044 802 90 28

Belle Suisse : Photographie de paysage avec le photographe Samir Sparks

« Pas besoin de voyager loin pour découvrir un bel endroit »
« Last daylight », © Fabian Samir Ben el Warda
« Last daylight », © Fabian Samir Ben el Warda

Fabian Samir Ben el Warda est un photographe de paysage originaire de la belle région de l’Emmental. Avec d’autres passionnés de photographie de plein air, il a fondé sur Instagram l’Explore Collective. Dans l’interview qu’il a accordée à CEWE, le jeune homme de 23 ans parle de son amour de la nature et de la photographie et donne de précieux conseils pour réaliser de belles photos de paysages en différentes saisons.

Bonjour Fabian. Enchantée de faire ta connaissance. Parle-nous un peu de toi et présente-toi brièvement.
Je m’appelle Fabian Samir Ben el Warda et je suis moitié marocain, moitié suisse. J’ai grandi en Suisse, dans l’Emmental plus précisément. Je suis photographe à mi-temps et je suis actif sur Instagram et TikTok sous le nom de Samir Sparks.

Portrait photo de Samir Sparks
Portrait, © Fabian Samir Ben el Warda alias Samir Sparks

Et comment as-tu découvert ton amour pour la photographie ?
Une grande partie est due à ma mère. Elle travaille comme journaliste locale, ce qui m’a permis d’entrer très tôt en contact avec la photographie. J’ai toujours été fasciné par les belles images et surtout par la nature. Ma passion pour la photographie est surtout venue en regardant des images. Cela m’a inspiré à essayer moi même. Aujourd’hui, cela fait sept ans que je fais de la photographie. J’ai commencé par faire des portraits. Mais je me suis ensuite davantage intéressé à la photographie de paysage, sur laquelle je me focalise depuis trois ans. J’ai aussi beaucoup voyagé dans ma vie. Cela m’a inspiré pour immortaliser des paysages intéressants sur mes photos.

Tu as fondé Explore Collective avec d’autres photographes outdoor suisses. Comment cela s’est-il passé ?
J’ai plus ou moins appris à faire des photos par moi-même. Au début, j’étais tout seul. Grâce à mes activités sur les médias sociaux, j’ai rapidement fait la connaissance de nouvelles personnes ayant les mêmes centres d’intérêt que moi. Avec un ami, j’ai ensuite créé l’Explore Collective sur Instagram. Aujourd’hui, nous sommes déjà quatre membres et nous planifions généralement nos excursions photo six mois à l’avance. C’est bien sûr très amusant de voyager ensemble.

Paysage vallonné du centre de la Suisse par Samir Sparks
« Art of minimalism », © Fabian Samir Ben el Warda

Quelle importance la photographie a-t-elle pour toi ?
La photographie me permet de m’évader du stress quotidien. C’est aussi ce qui me motive. Avec mes photos, je veux donner aux gens, même pour un court instant, un autre regard sur la nature. Cela leur permet de se changer les idées. C’est particulièrement agréable lorsque je parviens à inspirer d’autres personnes pour qu’elles sortent dans la nature et prennent elles-mêmes de belles photos.

Quand et où peut-on prendre les plus belles photos en Suisse ?
Chaque saison a ses charmes. Pour moi, personnellement, l’automne, avec ses différentes couleurs, est la plus belle des saisons. J’aime les couleurs chaudes dans mes images. L’automne convient parfaitement à mon style.

Mais j’aime aussi l’hiver, quand il y a vraiment beaucoup de neige. C’est merveilleux de voir le paysage se modifier et prendre soudain un tout autre aspect. C’est aussi l’atmosphère en soi qui me plaît tant. Le calme extrême que procure l’hiver me plaît. Les forêts et les montagnes enneigées, cela permet de faire de superbes photos. L’hiver offre aussi, à mon avis, les plus beaux couchers de soleil. C’est là que les couleurs sont les plus spectaculaires. Ici, sur la photo « cold calm », on voit l’Oberland bernois à l’heure bleue. Je trouve que dans cette photo, l’atmosphère calme de l’hiver ressort particulièrement bien.

« cold calm », © Fabian Samir Ben el Warda
« cold calm », © Fabian Samir Ben el Warda

L’un des points forts du printemps sont les lacs qui se forment lorsque la neige fond. Certains lacs n’existent ainsi qu’au printemps, car l’eau s’est déjà asséchée en été. Il y a plusieurs spots que l’on ne peut visiter qu’au printemps. Le lac de Sämtis, par exemple, ne peut être photographié ainsi qu’au printemps. En hiver, il est gelé et en été, il est sec.

Descendre depuis le haut Kasten jusqu’au lac de Sämtisersee, pendant que le soleil se couche et que la dernière neige du printemps fond.
« First warm light », © Fabian Samir Ben el Warda

L’été est la saison des randonnées. Il est possible de se promener beaucoup plus haut en montagne sans qu’il fasse extrêmement froid. Pendant les belles nuits d’été, on peut camper dehors, voir le ciel étoilé, le lever et le coucher du soleil. Un autre avantage est que l’on peut marcher longtemps le soir. Pas besoin non plus d’aller toujours loin en montagne. La photo « Summer memories », par exemple, je l’ai simplement prise un soir d’été à Krattigen. C’est la femme d’un ami qui m’a montré ce spot particulier. Ce qui me plaît particulièrement, c’est cette étoile solaire qui sort d’ici alors que le soleil se cache encore un peu derrière les nuages et la montagne. Le paysage est aussi merveilleusement idyllique, le moment était idéal.

Randonnée du soir en été, quand il fait plus frais, près de Krattigen. Dans un tel décor, l’appareil photo est indispensable.
« Summer memories », © Fabian Samir Ben el Warda

Pour toi, quelle est la bonne raison d’appuyer sur le déclencheur dans une situation donnée ?
C’est de l’intuition. Cela se présente tout simplement. Mes tournées photographiques sont toujours planifiées, mais la photo proprement dite ne l’est pas encore. J’essaie de saisir ma propre photo et d’obtenir mon propre point de vue sur place.

Quels conseils donnerais-tu aux débutants en photographie de paysage ?
En hiver, il faut s’habiller de façon à ne pas avoir trop chaud si l’on marche beaucoup. En revanche, il faut avoir suffisamment chaud si l’on reste longtemps debout à prendre des photos. Il est également important de garder un oeil sur l’heure avant de partir en randonnée photo et de tenir compte du fait que la nuit tombe plus vite en hiver.

Le printemps, par exemple, est une période idéale pour prendre des photos dans la vallée. Je recommanderais d’attendre le crépuscule pour prendre des photos.

En été, on doit tout simplement passer beaucoup de temps à l’extérieur. Si l’on campe en montagne, il est essentiel d’avoir un bon équipement. Il est très important de respecter les animaux et la nature. Il ne faut pas camper n’importe où dans la forêt, mais uniquement là où c’est autorisé et veiller à rester sur les chemins de randonnée. En automne, il est également possible de prendre de très belles photos en journée. Au printemps et en été, la lumière est souvent trop intense pour cela.

Des photos intéressantes peuvent également être réalisées dans le brouillard matinal d’automne. À mon avis, on peut faire de très belles photos en automne dans les endroits où il y a des mélèzes. Ma photo « Golden time », par exemple, a été prise lors d’une randonnée vers le lac bleu dans la région d’Arolla, dans le Valais. Lorsque les arbres prennent de belles couleurs jaunes et orangées et que le soleil passe à travers, cela rayonne tout simplement de manière magnifique.

Je conseillerais également de consulter attentivement la météo avant de partir. En outre, il faut réfléchir : Où se lève le soleil ? Où se couche-t-il ? Cela permet de se positionner correctement et d’appuyer rapidement et au bon moment sur le déclencheur.

En automne, les couleurs dans le Valais sont à couper le souffle. Cette photo prise dans la région d’Arolla au cours d’une randonnée vers le lac bleu.
« Golden time », © Fabian Samir Ben el Warda

Tu es souvent en déplacement en Suisse. Que représente la Suisse pour toi ?
Pour moi, qui ai grandi dans ce pays, la Suisse a bien sûr une signification toute particulière. J’aime le fait qu’elle soit si petite et compacte. Pas besoin de voyager loin pour découvrir un bel endroit. De plus, en Suisse, on peut se rendre presque partout en transports publics. Je trouve cela très cool, par exemple.

Comment trouves-tu ces spots photo si particuliers ?
Le seul conseil que je puisse donner est de parler aux locaux. Ils connaissent la plupart du temps des endroits qui ne sont pas très connus et qui peuvent nous donner des conseils intéressants.

Quels sont les spots photo en Suisse que tu veux encore absolument photographier ?
Les Gastlosen, par exemple. C’est certainement un endroit où je voudrais aller un jour. Dans l’Albsteingebirge, dans l’Engadine, il y a beaucoup de beaux endroits. J’ai certes déjà vu beaucoup de choses, mais il y a encore beaucoup à découvrir. C’est juste un peu loin de l’Oberland bernois (rires).

Les heures bleues dans les hautes Alpes, aux Grisons.
« Also the moon is rising », © Fabian Samir Ben el Warda

Quels conseils peux-tu encore donner aux photographes débutants ?
Le plus important, c’est d’avoir beaucoup de plaisir et de motivation. L’équipement est plutôt secondaire. Je n’ai pas non plus démarré avec le meilleur appareil photo et j’ai fait malgré tout de bonnes photos. Il faut simplement essayer beaucoup de choses. « Apprendre en faisant » est la devise, surtout au début. Certains préfèrent la photographie de paysage, d’autres préfèrent photographier en ville.

Quelle valeur ont tes images pour toi ? Est-ce que tu les imprimes aussi ?
Bien sûr, c’est quelque chose d’unique d’avoir ses propres photos imprimées et pas seulement en version numérique. Chaque fois que l’on regarde une photo, c’est d’abord magnifique et ensuite, les souvenirs remontent à la surface, ce qui est bien sûr aussi très beau. Pour moi, mes propres photos ont bien sûr une toute autre signification que si j’achetais une photo de paysage quelque part, tout simplement parce que je l’ai vécue sur place. J’ai aussi quelques décos murales dans mon appartement. Je garde bien sûr les meilleures pour moi (rires). Mais il m’arrive aussi d’offrir mes images à des amis, qui en sont également très heureux.

Merci beaucoup Fabian pour l’interview !

Vous trouverez Fabian Samir sur Instagram sous @samir.sparks et le collectif de photographes sous @explore.collective.