CEWE Photo Awards

Entretien avec Jonas Lauber, le vainqueur du concours photo « Ma Suisse à moi »

« Je roule vers le Gornergrat tous les jours depuis 10 ans. Et chaque jour, le Cervin est différent. »

«Railway to heaven» de Jonas Lauber
«Railway to heaven» de Jonas Lauber

Capturer la beauté de la Suisse, tel était l’objectif du concours photo « Ma Suisse à moi » lancé par le Service photo Migros et par CEWE. Le concours a été organisé dans le cadre des CEWE Photo Awards, le plus grand concours photo au monde, qui se déroulera jusqu’à la fin mai et dont la devise est « Our world is beautiful ». Aujourd’hui, Jonas Lauber, conducteur de train et photographe amateur de Sankt Niklaus dans le Valais, a été élu par le jury d’experts comme gagnant du concours spécial avec sa photo « Railway to heaven ». CEWE l’a rencontré lors d’une interview virtuelle et a eu une conversation passionnante au sujet des voyages photographiques de nuit, des conducteurs de train qui prennent des photos et de la beauté de la Suisse.

Portrait du photographe © Jonas Laubern

Portrait du photographe © Jonas Lauber

M. Lauber, félicitations pour votre victoire au concours photo « Ma Suisse à moi ». Avant de passer à votre photo : Parlez-nous un peu de vous.

Je m’appelle Jonas Lauber, je suis marié et j’ai deux enfants. Nous vivons dans le Valais, à proximité de Zermatt. Un peu isolé, sans beaucoup de monde autour. J’ai commencé par apprendre le génie mécanique, et je suis maintenant conducteur de locomotive sur le chemin de fer du Gornergrat depuis dix ans.

 

Qu’a dit votre famille à propos de votre succès au concours photo du Migros Photo Service et CEWE ?

Au début, ils ne me croyaient pas. J’étais au déjeuner quand j’ai appris la nouvelle. Dans un premier temps, je suis resté assis à la table avec la bouche ouverte pendant cinq minutes, tellement j’étais ému. Mon frère ne me croit toujours pas et mon père réclame déjà mon ancien appareil photo maintenant que j’en ai gagné un nouveau (rires).

 

Qu’appréciez-vous dans votre région ?

Je suis un montagnard, j’ai grandi dans les montagnes. J’apprécie la tranquillité et l’isolement. Si une fois, je ne veux pas voir de gens, alors je ne vois pas de gens de toute la journée. Cependant, je ne suis pas seulement dans un endroit, mais je peux me déplacer librement.
Et la région est tout simplement magnifique. Je roule sur le Gornergrat tous les jours depuis 10 ans maintenant. Cela représente un bon millier de voyages. Et chaque jour, le Cervin se révèle différemment. Ce n’est jamais ennuyeux, mais toujours impressionnant. Chaque montée est une immersion dans un autre monde.

 

Comment cette photo spéciale a-t-elle abouti ?

J’ai pris la photo pendant une équipe du soir. Là, je passe parfois environ 45 minutes dans une gare située à quelques centaines de mètres en dessous de l’endroit où j’ai pris la photo. Cette soirée-là, tout simplement, je m’ennuyais et j’avais mon appareil photo avec moi. J’ai donc roulé un peu plus loin. En fait, je voulais prendre une photo de la voie lactée au-dessus du Cervin. Mais les photos étaient si... eh bien, disons que je n’étais pas tout à fait satisfait. Avant de rouler à nouveau vers le bas, j’avais encore un peu de temps. Alors j’ai repositionné la caméra et je me suis mis en route, et voilà ce qui en est ressorti.

 

À quel moment avez-vous réalisé que c’était une bonne photo ?

En fait, c'était deux ou trois semaines plus tard, lorsque j'avais édité les photos. Lors de l'édition, je me suis alors rendu compte : Voici quelque chose qui va être bon, ça qui a l'air mieux que ce que j'avais prévu.
Pour moi, c’est simplement... Ma photo. Je ne sais pas, elle a une signification particulière pour moi. Elle est également accrochée à mon mur, car cela m’a directement touché. Mais je n’aurais jamais pensé que je pourrais gagner un concours de photo avec cela, c’était une grande surprise !

 

C’est une photo qui enthousiasme immédiatement. Le jury a ressenti la même chose.

Oui, il semble que cela soit le cas. Certains de mes collègues ont la photo sur leur smartphone comme fond d’écran, lorsque je l’ai montrée au travail, c’était comme « Envoie-moi ça vite ! » Avant cela, je pensais vraiment que j’étais le seul à aimer autant la photo.

 

Qu’est-ce qui vous plaît particulièrement dans votre photo ?

D’une certaine manière, cela donne l’illusion à ce train d’aller jusqu’au ciel. C’est pourquoi j’ai choisi le titre « Railway to heaven ». La photo me donne le sentiment de liberté, de quelque chose d’infini.
Elle combine tout ce que la Suisse représente pour moi : La montagne, la nature, le tourisme avec le train du Gornergrat, mais aussi l’esprit pionnier. Après tout, la voie ferrée a été ouverte en 1898 et fonctionne encore aujourd’hui. Les gens qui l’ont construite ne s’y attendaient probablement pas. Je pense que c’est ce qui distingue le plus la Suisse : L’esprit pionnier, le courage d’entreprendre quelque chose et de le mener à bien.
Le plaisir d’être conducteur de train est de rencontrer des gens du monde entier. J’ai parlé à des pilotes qui volent en Afrique du Sud, à des gens d’Amérique... Et je pense que c’est la Suisse, « Ma Suisse », pour moi : Un lieu où de nombreuses cultures se rencontrent. C’est aussi ce que j’apprécie particulièrement dans mon travail.

 

Quel était le défi pour cette photo ?

La cabine du train est éclairée, car il y a certaines lampes que l’on ne peut pas éteindre. Le plus dur était de s’éclairer suffisamment pour pouvoir voir les étoiles, sans perdre de vue les détails de la cabine. Je pense que c’était quelque chose comme 30 photos que j’ai superposées jusqu’à ce que tout soit propre. Je suis un peu exigeant, je n’aime pas avoir des photos qui ont du bruit. Mais c’est presque impossible à éviter avec la photographie de nuit. Je prends donc toujours une série de photos, puis je les superpose et je les ajuste pour obtenir les bonnes étoiles, c’est pas mal de travail. Mais le plus difficile est de parvenir à une bonne exposition.

 

Le Cervin est un motif de photo très apprécié. Qu’est-ce qui le rend si fascinant pour vous ?

Il y a partout, ailleurs des montagnes, mais le Cervin se tient seul, il n’y a rien autour. Si l’on regarde depuis Zermatt, la montagne se dresse seule et puissante au-dessus du village. Cela lui donne un cachet particulier que l’on ne trouve pas souvent ailleurs dans le monde. Je pense que c’est la raison pour laquelle il est tellement prisé.

 

Vous avez trouvé une perspective assez inhabituelle du Cervin. Est-ce qu’en tant que non-conducteur de locomotive, arrive-t-on sur le lieu de la prise de vue ?

Il y a un sentier de randonnée à proximité, mais il faut marcher un moment. Le chemin est balisé, mais si vous ne savez pas par où il passe, c’est un peu difficile à trouver. En fait, nous appelons cet endroit « Le passage photo » parce que lorsque vous voyez des photos de la voie ferrée du Gornergrat, elles sont généralement prises à cet endroit. Toutefois, sous un angle différent, avec le Cervin dans une autre perspective… C’est justement ce que je ne voulais pas, je voulais essayer quelque chose de différent.

 

Y a-t-il d’autres conducteurs de locomotive et photographes sur la ligne du Gornergrat ?

Oui, nous sommes deux ou trois. Nous prenons des photos régulièrement et nous apprécions cela. Peut-être que l’un ou l’autre participera maintenant aussi au CEWE Photo Award.

 

Comment avez-vous découvert le concours ?

Je crois que j’ai commandé quelque chose au Migros Photo Service ce jour-là et que je l’ai vu sur le site web. J’ai donc pensé : «  Participons, montrons un peu la photo autour de nous ! Peut-être que cela va donner quelque chose  ». Cependant, parmi les 7 700 participations, je ne me suis pas imaginé avoir une chance. Entre-temps, j’ai regardé encore et encore et j’ai également vu un article sur fotointern.ch. Là, il y avait aussi ma photo, ce qui m’a beaucoup surpris et fait plaisir.

 

Comment vous êtes-vous arrivé à la photographie ?

En fait, c’était en 2017, je n’allais pas très bien personnellement. C’était une période difficile et il fallait que quelque chose me distraie. J’avais encore l’appareil photo que j’avais acheté auparavant. À un moment donné, je me suis dit : «  Maintenant, tu prends l’appareil photo avec toi et tu vas photographier  ». Je n’étais pas vraiment satisfait au début, mais ensuite, j’ai regardé beaucoup de vidéos sur YouTube et ça m’a pris. C’est alors que la passion est venue et qu’il m’a fallu simplement prendre des photos. Avec le temps, je suis devenu toujours un peu meilleur. Pour moi, la photographie était et reste un défi personnel. J’ai besoin de ça pour me déconnecter après mon travail. Je suis avec beaucoup de touristes toute la journée, donc j’ai besoin d’un passe-temps où je peux être seul. Où je peux trouver la paix.

 

Vos enfants sont-ils aussi parfois avec vous ?

Oui, ils viennent aussi parfois. Ma fille a déjà un appareil photo en jouet. Elle a maintenant trois ans. J’espère qu’elle découvrira un jour la photographie comme une passion pour elle-même.

 

Y a-t-il un moment photo dont vous vous souvenez tout particulièrement ?

La plus belle expérience que j’ai jamais eue : C’est lorsque j’ai photographié la Voie lactée pour la première fois. En appuyant sur le déclencheur à trois heures du matin dans l’obscurité et en attendant que l’image apparaisse sur l’écran, et soudain, on y voit la Voie lactée. C’est un sentiment formidable, c’est tout simplement unique.

 

Vous faites souvent des sessions de photos la nuit ?

Oui, j’y vais généralement quand j’ai le lendemain de libre. Ensuite, j’emballe la caméra à minuit et je monte dans la voiture et je m’en vais. Et puis je regarde : Où pourrais-je prendre des photos aujourd’hui ? Il m’arrive même de tomber en panne avec la voiture, à trois heures du matin… à 2000 mètres (rires).

 

Cela semble aventureux.

Oui, parfois, c’est même effrayant. Une fois, alors que je photographiais de nuit, j’ai entendu des bruits soudains. Je suppose qu’il s’agissait d’animaux, peut-être des cerfs. Cependant, j’avais lu ce matin-là qu’un loup avait été repéré dans la région. Pour le reste de la nuit, j’ai pris les photos depuis la voiture à cause de cela (rires). Je me suis juste assis dans la voiture avec le déclencheur à distance et j’ai fait fonctionner l’appareil photo de cette façon. Je n’avais plus envie d’être dehors !
«  Railway to Heaven  » a été créé à une altitude d’environ 2500 mètres. Je me souviens encore, en hiver, j’ai pris des photos exactement à ce endroit-là, à -28 ° C. Bien sûr, vous n’êtes pas dehors bien longtemps. Mais certaines photos demandent un peu de patience: Surtout avec les photos de la Voie lactée, cela signifie souvent attendre deux heures au même endroit jusqu’à ce que la Voie lactée soit exactement là où je veux qu’elle soit.
C’est justement parfois difficile, mais cela a aussi quelque chose de méditatif, à travers ce silence dans les montagnes. Justement, là où j’ai pris la photo… Il y avait un silence absolu, on entendait vraiment rien. On a donc beaucoup de temps pour réfléchir.

 

La photographie est donc plus qu’un hobby pour vous ?

Oui, la photographie est ma passion. J’ai hérité ça un peu de mon père. Il faisait à l’époque des photos analogiques, par exemple lors de mariages. Aujourd’hui encore, il prend des photos des animaux sauvages. Selon lui, je suis trop lent pour ça (rires).
La photographie me lie également à des gens du monde entier. Chacun à sa place là où il photographie, son royaume. Ce lien se crée lorsque vous partagez et regardez les photos ensemble. Il rend le monde plus tangible pour tout le monde.

 

Que faites-vous de vos photos ?

La plupart du temps, je les publie sur Instagram (@lauber.jonas). Dès que j’ai un sentiment pour le motif, je commande également une déco murale de celui-ci. Surtout si une photo m’inspire ou me touche, j’ai besoin de l’imprimer. Ensuite, je veux la regarder tous les jours, c’est pourquoi elle doit simplement être accrochée au mur. Mais l’espace devient un peu étroit (rires) ! « Railway to heaven » est suspendu dans notre salon. Il y a aussi certains amis qui m’ont demandé d’imprimer une de mes photos et cela me rend fier.

 

Avez-vous un matériau préféré pour vos toiles murales ?

Cela dépend du sujet. J’ai, par exemple, un panorama nocturne d’une ville. C’est un poster sous plexi que j’ai commandée pour pouvoir l’éclairer par-derrière. J’ai par contre commandé « Railway to heaven » en tant que poster sur support alu, parce que les couleurs sont merveilleusement fortes et riches. J’en suis très satisfait.

 

Avez-vous des conseils pour les photographes débutants ?

Vous devez vous enlever l’idée de la tête que la photo doit plaire aux autres. La seule personne qui doit aimer la photo, c’est vous. Peu importe que vous preniez la photo avec l’appareil photo le plus cher ou l’objectif le plus cher, ou avec votre smartphone. Si vous-même, vous aimez la photo, alors c’est une bonne photo. Simplement ne pas abandonner et toujours de continuer.

 

Merci beaucoup pour l'interview !

 

Découvrez le concours photo « Ma Suisse à moi » avec les 20 gagnants : contest.cewe.ch/meine-schweiz

CEWE Photo Award – Our world is beautiful

CEWE Photo Award 2021

Our world is beautiful

Le plus grand concours de photo au monde entre dans sa phase suivante : le CEWE Photo Award a déjà prouvé ces dernières années que la photo, en tant que langage universel, reliait les gens du monde entier. La devise « Our world is beautiful » vise à ouvrir les yeux des gens dans toutes les situations de la vie sur les choses qui sont belles et qui méritent d'être protégées. Jusqu’au 31 mai 2021, les photographes amateurs et professionnels ont un an pour soumettre leurs motifs préférés au CEWE Photo Award.